~1960
2012
Vue Aérienne des plaines Lebreton vers 1960
Vue Aérienne des plaines Lebreton vers 1960
Titre: Sans titre. Numéro de référence: Aucun numéro de référence.
Notre vote
-5
La CCN a exproprié et délibérément laissé les plaines en friche pour 50 ans
Vote des visiteurs
-2.1
140 votes
Votez ici
  • -5
  • -3
  • 0
  • +3
  • +5
mieux
maintenant
mieux
avant

Cette comparaison aérienne des plaines Lebreton et d'une simulation obtenue à partir de Google Earth montre des plaines Lebreton radicalement différentes. La photo d'archive montre clairement le passé industriel des plaines Lebreton avec ces industries légères et ses nombreux rails dans sa partie ouest (haut de la photo). Maintenant que la station du train léger a été renommée Pimisi et que les plaines semblent l'endroit de prédilection des différents niveaux de gouvernement pour y construire des monuments commémoratifs qui n'apportent rien du point de vue de l'Espace public, on semble décidément résolu à vouloir faire oublier le passé industriel de Lebreton.

Bien que nous n'avons pas la date exacte à laquelle la photo d'archive a été prise, on peut voir que la partie est des plaines Lebreton, où se trouvait la brasserie Bradings a déjà été démolie ce qui situe la photo entre 1957 et 1962, date à laquelle les plaines Lebreton furent expropriées et laissées en friche par la CCN pour plus de 50 ans.

Notez à quel point la trajectoire de la rue Wellington fut modifiée, elle qui jadis ne passait que par la section sud des plaines et qui maintenant a été élargie et les traverse en diagonale. Cette nouvelle configuration routière est non sans rappeler la rue Saint-Patrick en basse-ville qui a aussi été élargie et courbée ce qui transforma pour le pire la section est de la basse-ville.

La CCN dit maintenant avoir une dette envers la population (bel euphémisme) et se fait un devoir de développer les plaines Lebreton et de faire quelque chose de significatif et demande à l'entreprise privée de contribuer au débat d'idées.

À preuve du contraire, la ville et la CCN ont déjà lotissé les espaces vacants des plaines. La ville et la CCN auraient avantage à revoir ce lotissement afin de permettre aux petits developpeurs de participer au redéveloppement des plaines. Avons-nous besoin de rappeler ce qui s'est passé pour le développement de la section Est des plaines Lebreton et du parc Lansdowne où respectivement Claridge et Minto ont été les maître d'oeuvre de ces sites?

29 SEP
2014
Steven
I agree that it was terrible to completely uproot a community and leave that land completely useless - I see it on a daily basis from where I live in downtown and it is admittedly one of the worst eyesores especially in the summer where all the land is just beige. I am, however, rather supportive of the Ottawa (MacDonald Cartier) River Parkway which extends west of this land as a touristic road which allows for a very pleasant drive year round. This, however, does not excuse the NCC for removing a bustling community from existence and I really hope they do create something worthwhile out of it (personally I feel like Ottawa needs more interaction with its rivers...)
23 FÉV
2015
Rosemary Campbell
It is ugly now, and I fear will get even worse, as the city rolls over and plays dead to all the awful developers proposals for change. The only thing that will advance in the plans for development is the cash flow in the pockets of developers, we will not have a better city. Where is the leadership to build a world class city with offerings for the public and tourists, walkways, parks, outdoor concert areas and squares for entertainment, a fishing pier, commemorative gardens, artists, food trucks, instead of more condos and pathetic utilitarian retail establishments, like the awful Lansdowne development? Steven's comment (below) is right on. NCC and Ottawa: use the riverfront for what the people like and enjoy, not condos and retail.
x fermer

Restez branché!

Recevez un courriel à chaque fois que nous publions une nouvelle comparaison.








envoyer

ps. dormez en paix, on garde votre courriel pour nous, et nous uniquement.